Lors de Le Mans Classic 2018, les amateurs des 24h du Mans des années 50 – 60 vont (re)découvrir une équipe dont le nom réveillera quelques souvenirs.

L’Equipe Los Amigos a en effet déjà posé ses valises au Mans et c’est cette équipe version 2018 que nous incarnons.

Notre Objectif :

L’Equipe Los Amigos a été créée dans un seul but : Engager des voitures de Grand Tourisme ayant participé dans les années 50 et 60 aux courses d’endurance (24h du Mans, 12h de Reims, 1000kms de Paris, …) dans des événements regroupant des véhicules de course.

En 2018, nous avons obtenu l’engagement de 2 petites voitures Françaises au Mans Classic. Cette compétition est la plus grande épreuve de véhicules historiques au monde. Elle rend hommage aux 24h du Mans qui se tiennent sur le circuit de Sarthe depuis 1923.

L'équipe Los Amigos d'Origine

Casque NanoDSR logo Los Amigos (1)

La naissance de cette équipe est le fait de Jean Lucas qui souhaitait pouvoir à l’occasion de courses disputés au Maroc au début des années 50  (fin 1954 semblerait il) réunir quelques pilotes afin de négocier au mieux les primes de départ.

Les deux premiers membres seront Lucas lui même et André Guelfi (Dédé la sardine pour les intimes!) mais ce ne seront pas les seuls. Il y aura pléthore de pilotes à porter les couleurs de l’équipe, plus par copinade la majeure partie du temps que par réelle envie de faire partie d’un team structuré.

Le Bar de l’Action Automobile propriété de Jean Lucas et géré par Harry Schell sera le PC de cette équipe, ou après diverses soirées enflammées (et même pire que ça!) les membres de cette équipe pour la plupart de très bons vivants, ayant aussi pour point commun le respect de la parole donnée et des engagements pris…Ce que nous pouvons appeler avec tout le respect qui leur est du «Des Hommes»

Pour faire partie de l’équipe de Los Amigos il faut être quelqu’un de parole, aimer la vie et tous ses plaisirs, ne pas se prendre au sérieux tout en faisant les choses très sérieusement (subtil n’est ce pas…), pas nécessairement être un pilote de grand avenir, c’est juste un art de vivre et une attitude.

Le richissime peut cotoyer un plus démuni sans aucun soucis, la richesse n’est pas un critère d’acceptation ni de refus mais il faut quand même reconnaître que nous avons à faire à des gens bien nés, mais l’argent qui coule (c’est le moins que l’on puisse dire!) irrigue tout le monde, par contre une certaine «classe» est exigé, cette classe la est purement basée sur des valeurs humaines.

L’équipe survivra quelques temps après la mort de Harry Schell, mais elle sera plus professionnelle et servira de lancement à «Inter-Sport» que créeront Jean Lucas et Gérard Crombac en 1962

Les pilotes sans être exhaustif ayant fait parti de l’équipe: Jean Lucas, Harry Schell, Olivier Gendebien, Alfonso de Portago, Gérard Laureau, Marceau Crespin le directeur des sports, René Marchand, Armand Roboly, Hernano Da Silva Ramos, Johnny Simone, Camille Simonot, Mike Sparken, Jacques Peron, Jean Thépenier, Jean-Claude Vidilles.

Leur emblème était un perroquet comme « Loro » en espagnol.

A la base de l'équipe Los Amigos 2018 Gérard Laureau :

Le dénominateur commun entre les deux versions de l’Equipe Los Amigos, c’est le nom Laureau. Gérard était un des pilotes faisant partie des Los Amigos d’origine.

Un pilote amateur mais dont le palmarès ferait rougir bien des professionnels, encore aujourd’hui. Le détail est précisé dans un autre article, mais on peut citer notamment le Tourist Trophy 1954 comme moment de gloire.

Pour perpétuer la mémoire de son grand père et père, Antoine et Jean Louis, fils aîné et petit fils de Gérard Laureau, ont obtenu l’engagement de leur 2 voitures dans les plateaux qui ont fait l’histoire des 24h du Mans.

La naissance du projet :

Tout commence avec un premier engagement en 2016 lors du Mans Classic qui se solda par un gros manque de fiabilité mais où le Deutsch Bonnet (D.B) HBR5 termina l’épreuve.

Antoine Laureau se lia d’amitié avec Antoine Moreau, et ils décidèrent de s’engager sur le Tour Auto 2017, sur la D.B HBR5.

Ni l’un ni l’autre, ni même leur auto n’avait pris part à un rallye de voitures anciennes avant ce Tour Auto… et de surcroît en compétition.

Pourtant et contre toute attente le duo au n°192 termine cette épreuve éprouvante (2800 kms). Mieux, avec des résultats plutôt bons et la plus petite cylindrée en compétition, les voilà deuxième du classement à l’indice de performance!

L’idée fait alors son chemin. Antoine Laureau l’explique :

« Suite à ces 2 sorties en compétition et des week ends sur circuit, nous nous sommes dit qu’il serait sympathique de créer une structure pour partager notre passion et nos expérience safin de pouvoir faire évoluer dynamiquement les voitures qui représentaient les couleurs de la France en course automobile des années 50-60 ».

 

Notre parrain : M. Claude Bonnet fils de Rene Bonnet :

Claude Bonnet est l’un des  fils de René Bonnet, le constructeur des Automobiles Deutsch et Bonnet (D.B) et des automobiles René Bonnet. En plus d’avoir été une part de l’histoire, c’est un ingénieur qui a travaillé sur ces autos, et qui est désormais une mémoire vivante de l’aventure D.B et René Bonnet.

René Bonnet fut le constructeur Français qui a le plus grand nombre de participation aux 24 heures du Mans, et ce, bien devant Renault, Peugeot, Citroen, Matra…

Le Mans Classic 2018 :

Le Tour Auto, Goodwood Revival, le Monte Carlo Historique sont des épreuves historiques que les amateurs comme les spécialistes des courses de voitures anciennes attendent chaque année.

 

Mais aucun de ces événement n’a le succès populaire ni l’aura de Le Mans Classic. Cette épreuve remet sur la piste du Mans, et le circuit des 24 heures s’il vous plaît (13,626 kms), les légendes qui ont écrit les grandes, mais aussi les petites lignes de cette course mythique.

Le Mans Classic a été lancé par Peter Auto en Septembre 2002. Dès sa première édition, l’épreuve reçoit des éloges de la presse spécialisée et des engagés. Ensuite on retrouve Le Mans Classic tous les deux ans et l’événement devient une référence.

Deux chiffres qui parlent pour eux : en 2016 ce sont 550 autos qui se sont affrontées en piste devant les yeux de 123.000 spectateurs !

Les plateaux de Le Mans Classic 2018

Le Plateau 1 : les avant-guerre, 1923 – 1939. Dans ce plateau, ce sont les premières années des 24h du Mans qui sont célébrées. Bentley, Alfa Romeo, Bugatti, mais aussi Lorraine Dietrich, Peugeot ou Tracta, c’est dans ce plateau qu’elles s’expriment.

Le Plateau 2 : le redémarrage, 1946 – 1956. Ici on retrouve les premières Ferrari à avoir posé leurs roues au Mans, mais aussi des Jaguar Type C et Type D. Quelques légendes donc !

Le Plateau 3 : 1957 – 1961. Porsche 718, Ferrari 250, Lotus XI et Elite, Morgan, Osca ou Maserati Birdcage s’y affrontent… contre de valeureuses D.B à moteur Panhard !

Le Plateau 4 : 1962 – 1965. Une période restreinte pour des autos qui ont marqué Le Mans. Ford GT40, Ferrari 250 LM, AC Cobra, Jaguar Type E, et côté français des CD Panhard, Alpine M63 et M64 ou René Bonnet Djet.

Le Plateau 5 : 1966 – 1971. Certainement l’un des plateaux les plus impressionnants. Les Ford GT40 côtoient les Porsche 906, 908 et 917, des Lola et Chevron. Des légendes !

Le Plateau 6 : 1972 – 1981. Dernières années avant le Groupe C (qui vient au Mans Classic avec des courses à part), on retrouve des Mirage, des Matra, Alpine, mais aussi des Porsche 936 et 935.

Les autos engagées par l'equipe : Les plus petites cylindrées des plateaux 3 et 4

La famille Laureau ayant la chance de posséder deux coachs des marques D.B et René Bonnet, elle met à disposition les voitures à l’Equipe Los Amigos.

La D.B HBR5 de l'Equipe Los Amigos 2018

En plateau 3, un coach D.B HBR5 immatriculé en 1960. Cette auto est celle que les deux Antoine ont emmené sur les routes de France lors du Tour Auto 2017

Historiquement les D.B, notamment les prototypes de course sont les autos sur lesquelles Gérard Laureau a le plus couru durant sa carrière.

Acquise lors de la vente aux enchères Osenat en Juin 2012, les Laureau ont entrepris avec l’aide de l’Amicale D.B et des amis de restaurer intégralement l’auto, tout en la coursifiant.

Elle est motorisé par une moteur Bi-cylindre Panhard et ne pèse que 620 kilos.

Moteur : Bi-cylindre Panhard de 850cm3 (préparation d’un 954cm3 pour Le Mans Classic 2018)

Boite: Panhard 4 rapports.

Cette auto sera engagée dans le plateau 3 de Le Mans Classic 2018. Un plateau extrêmement relevé notamment avec les Lotus XI et XV.

Les pilotes de la D.B HBR5

Les 3 pilotes seront:

– Vincent Dursen, sans qui la voiture ne serait jamais prête.

– Jean Louis Laureau, une participation écourtée au Mans Classic 2016;

– Antoine Moreau, le local de l’étape, Le Mans Classic 2014 et 2016 et 2nd à l’indice de performance au Tour Auto 2017 avec la même voiture.

La René Bonnet Djet 2 de l'Equipe Los Amigos 2018

La René Bonnet Djet 2 est l’évolution de la D.B HBR5. On passe d’une 2+2 à une 2 place qui fut la première voiture commercialisée avec un moteur central arrière.  C’est une auto qui est restaurée et préparée en vue de Le Mans Classic 2018.

Nous avons patienté longtemps avant d’avoir la chance de pouvoir acquérir cette voiture. La production de la D.B s’est étalé sur 6 ans pour 428 exemplaires, la Rene Bonnet Djet a été produite à 198 exemplaires sur 3 années. Notre voiture est ce que les membres du forum autodiva appellent un DJET 2 pour le type mine CRB1. La différence entre un DJET 1 et 2 est son moteur qui est un 4 cylindres 1108cm3 d’origine Renault.

La restauration est en cours depuis 2 ans et devrait être terminée courant mai pour les essais sur circuits au mois de Juin.

René Bonnet

Cette auto sera engagée dans le plateau 4 de Le Mans Classic 2018, aux côtés d’autos qui ont construit la légende des 24h.

Les pilotes de la René Bonnet Djet

  • Thierry Bareau : restaurateur de Rene Bonnet et D.B

  • Antoine Laureau : Le mans Classic 2016 et 2nd indice de performance au Tour Auto 2017.